Félines (Gourmandise et Soleil)

Marchant en paire, sur les rives de mon cœur.
L’une n’est que rancœur ; L’autre douceur.
L’une, est abricot, l’autre est pomme.
L’une, mélange explosif, l’autre corrosif.
L’une, me connaît, l’autre me récite.

Un jour dans mes mémoires de peureux.

Un soir, le Soleil des fleurs devenues feuille, est entrée chez moi et s’est écriée:
– Quelle garçonnière dis donc?
Je n’ai rien dit, à part un “mais non”. Je ne mentais pas, je doutais simplement de la puissance d’un coeur meurtri par une boule de feu, fantastique, et clairvoyante.

#AGNPMNT – Un jour dans mes mémoires de peureux.

D’un soleil

C’est l’histoire d’un mortel qui grâce à la magie de l’univers rencontre un soleil. La puissance et la beauté du soleil l’effraie car lui n’est que mortel. Il se dit que le soleil trouverait bien insignifiant sa petite lumière et que celui-ci passerait son ombre sans un moindre mouvement.
Croyez-le ou pas, le mortel se rendit compte que malgré toute la magnificence de cet être de feu, aucune flamme ne brulait. Elles adoucissaient les âmes et rendaient les cœurs autour joyeux. Le soleil et la petite flamme décidèrent que l’univers n’avait sans doute pas fait échouer leur poussière sur la même galaxie pour rien. Ils partirent pour ce qui s’annonçait comme un long voyage.
Au fil du voyage, le soleil perdit quelques unes de ses flammes, les galaxies qu’ils parcouraient étaient faites de trous noirs et de drames. Le mortel l’aidait car celle qui lui avait apporté joie ne pouvait se voir tomber dans le désarroi. Le soleil resta soleil pour le mortel qui avait trouvé un équilibre dans cette sombre danse qu’est la vie.
Cependant, mortel trouva des germes d’ombre dans le doute de son soleil. Le doute se propageant faisant de ses victimes des êtres de raison, c’est l’hiver qui arriva entre eux comme saison. Le mortel fut balayé de plein fouet par la fin de cette danse euphorique.
Le soleil cherchait à tout prix à sortir son amour des méandres de la réflexion. Nagea a contre courant et donnant toute son affection. Trop tard dans les abymes sombra-t-il, en buvant du poison qui alimentait sa perdition.
Il s’acharna et cru qu’il amènerait son soleil avec lui, convaincu que le fond du gouffre n’était que seul point d’arrivée, un amour si passionné. Il décida contre toute attente de laisser briller son Soleil car tout était perdu pour lui, sans se rendre compte qu’il n’existe qu’un seul véritable Soleil dans toute une vie. Les étoiles rencontrées avant, le guidaient vers Lui tout simplement.
Je finirai l’histoire en disant ceci,
N’oubliez pas autant il détruit, autant il est source de vie.

#AGNPMNT – Mars, Fille des fleurs partie pour la feuille.