Le tournis

Il ne se passe un jour sans que la terre ne tourne
Tu es éternelle, soleil de ma vie.
L’amour en ronde, qui donne le tournis.

Avant la gerbe
T’auras des rêves
Tu voudras faire de toi
Une affiche placardée sur les murs
La ronde et la danse aquise
Tu penseras panser tes peines
En relativisant
En ratant tout ce que tu visera
Et ta bile
Sur le sol sera le résultat du tournis
Infernal

Drapeau blanc

J’ai sorti mon drapeau blanc, quelle est la couleur de l’abandon puisque le blanc c’est la soumission? À travers, mes espoirs et mes désillusions, une seule fin. Peut-être la guérison.
J’ai passé les douces Saisombres à attendre, à écrire le sens qu’on donnera de ma vie
tantôt serein, tantôt cretin.
Il faut renoncer à sa liberté
passer le cou dans la corde
porter des montres au prix de l’immobilier
Je me suis détaché des choses matériels
et rendu esclave des abstraites.
J’ai choisi mon maitre pour devenir immortel
l’immatériel
et sa succesion de déception.

J’ai courbé l’échine
et me suis sapé de blanc
comme au mariage:
échec de vie
j’ai sombré dans la routine de mes amis.