Her mind was the storm
Outside,
that we would watch through the kitchen window
Her smell, steamed bergamot
would lick the walls as
the room sprouted the colour of Autumn.

As she moved, her
Rib cage created the waves
That never crashed
Curving her hips
Cambering her back and those thighs,
Where my kisses surfed on the froth
Until they
reached the arching tip of her toes.

The room coloured as Winter
When she inhaled
The last warmth
Before releasing the paradise spasm.

Dis-moi si au pied de l’ARC
Se trouve
Un chaudron
Avec l’or jeté
Des bateaux
Partant de Gorée?

Dis-moi si les grenouilles
Qui sautaient
Sur les ailes
Du papillon
Et sur la soie de son cocon
Ont pu se libérer
Et faire
Enfin
tomber la pluie?

Ouvrir nos
Entrailles
Et maintenant Boyo ka pann
Une histoire comptée
Sur les doigts
D’un poing
Tendu vers le ciel.

Outre la mer,
Les colonies
Dans une barque
Sans commandant
Ni chef
L’ambiance n’est pas gaie.

En lambeau
Brûlant à l’horizon
Il y a ce drapeau
Qu’on nous demande
De sacraliser
Par coup d’euros
Dans les dents
Paraît que quand on sourit
On devient heureux.

Je te monterai l’assèchement
Des rives
Du nègre aigre
Qui vit une vie
Exotiquement douce,
La mélodie du fond jouant
Cocotiers, plages et ferme ta gueule.