La ronde

L’autre te nuira
Que tu le fuis, que tu le prennes dans tes bras
Que tu le vives
Il te tuera.

Avec des mots doux, de l’espoir en boîte
Des alcools divins, et des courbes célestes
Tu mourras.

Danse petite, la ronde est belle
La ronde est grande.

Danse petit, toutes ces facéties seront,
Vaines
Devant l’égo.

Tu courberas encore l’échine
Parfait danseur, tu croiras aux merveilles
Aux changements
Qui ne sont que,
Reproduction répétitive
De l’imMonde en La.

Baisse les bras et barre-toi
Tu ne retrouveras
Ta liberté, jamais
Et aujourd’hui.