Saisombre danse sèche

Comme un souffle incertain
Le feu battant le vent
Amène la chaleur dont on ne sait si c’est la dernière
Caresse d’humanité.

Les gens dansent autour du feu
Le regardent, l’observent
Comme si ils voudraient s’y jeter.

Dans la nuit sombre sans
Les lumières artificielles du confort de
Nos villes
Nous retrouvons-nous enfin?

Je n’ai que
Je n’ai quoi
Dire
Je m’en éloigne.

Je regarde le passé et les cordes
De l’univers se détendent
Ses cheveux bruns toujours les mêmes
Mais nous sommes
Dans la braise et ces rejetons
Volant
Nous sommes bien là.

Dans celui-ci
Tignasse plus courte
Nous n’étions
Et le présent m’objecte
Que jamais nous ne fûmes.

Et ce feu brûle
Devant nous
La ronde est incomplète
Nous nous vautrons dans la contemplation
Peut-être que tout n’est que répétition
Peut-être bien
Que tant qu’à faire
Nous devrions finir?

Et ce feu brûle toujours
Je sens la pluie dans l’air
Et l’herbe sort son parapluie
Qui gratte tant
Ma peau d’humain
Quand je m’y plonge.

J’ai vu l’orage
Mais j’ai oublié quelle onde me mène
Sur quelle fréquence je danse
Les ombres sont là
Leurs lueurs aussi.

Rien n’existe
Car tout est,
J’ai allumé une rouge
Et j’ai pensé aux miens.

Extrait 8: petits poèmes pour grands amants

Her mind was the storm
Outside,
that we would watch through the kitchen window
Her smell, steamed bergamot
would lick the walls as
the room sprouted the colour of Autumn.

As she moved, her
Rib cage created the waves
That never crashed
Curving her hips
Cambering her back and those thighs,
Where my kisses surfed on the froth
Until they
reached the arching tip of her toes.

The room coloured as Winter
When she inhaled
The last warmth
Before releasing the paradise spasm.

DANS LES MARGES (4)

Osciller entre le zéro et le un: virgule
C’est peut-être cette larme
Entre les lignes
Qui me délivrera des tentacules
spectaculaires.

Indigne ponctuation dans un monde binaire,
Chaque lettre, rupture
douce
coupure
sur les poignets.

Quand je suis mis à l’envers
pour regarder le monde
avoir l’abyme des éthers
à mes pieds.

Dans les marges (3)

Et si nous écrivions au large
Virgule en ancre, apostrophe au vent,
Nos rêves en pontuactions
Les parenthèses de nos horizons.

Dans les marges (2)

Entre gratte-nuages et étoiles
Du ciel
et celles, gravées sur le sol
Nos pas trouvèrent traces
Des frictions passées,
Étincelles de nos futurs inachevés.

Dans les marges (1)

Qu’on se lasse du temps
Il nous enchaîne
Dans ses branches nous sommes
Des racines humaines.

Dû All.

J’ai donné une larme
Et peut-être ma bile
Dans le caniveau
À pleurer notre sort!

J’ai donné mon corps
Et peut-être mon âme
Dans les éthers
À ce qu’on appelle la prose!

Mes doigts léchant la brique
Humide de la ville
Mes pieds nus
Frottant le gravier, j’ai
Vu
Le rythme de vagues et des ondes
Dans lesquelles nous nous perdimes
Les tentations chaudes
Du capitalisme
Et nos envies intimes.

Des richesses en 26 lettres
Des malheurs trompés par la vitesse.

J’aurais voulu
Mais je n’ai pu.

J’aurais volé
Mais mon épée
M’a coupé ces ailes que je me suis imprimées.

& l’agneau.

Les vagues se lancent
Sans relâche
Sur les rives froides;

Des falaises d’Albion
jusqu’aux cayes
Du Moule
L’hiver dont on s’inquiète
est si loin
rouge et sombre comme le plus mauvais rêve humain.

La houle et sa
noirceur créé
l’écume, des lendemains
Candides qui viennent y choir
baffant sans cesse nos a priori
et notre immobilisme.

Les vagues se lancent
et sans relâche
Sur les rives chaudes
nous rappellent;

Les embruns se posent sur sa peau
elle est le monde, parfois
L’instant se nostalgise
Pour qu’au futur
Nous ayons recherche
de ce bonheur
Cristallisé.

Mes phalanges sculptent
Les courbes
de mon ballon
avec lequel je me maintiens à la surface.

mon futur dystopique se dessine clair à la surface
avec une chose verte plantée
dans un sable qu’on dit roux.

Mon futur utopique ressemble à la mer sous la lune
sa blancheur resplendissante
et ses abysses sombres et infinis
comme les songes, on dira.

Où c’est le contraire…

Je divague, je m’élance
je suis lâche
je dérive mais
on ne tombe pas vraiment
on continue un mouvement lent
vers l’horizon des événements.

Oh que tombe

Comme le baiser de l’automne
Sur l’hiver qui se pointe
Tes lèvres sur mon âme
Ont le goût de ses couleurs orouges
Et des feuilles qui tombent.

Leurs saveurs sont des bourgeons
Pour l’arbre que seront ses quelques mots
Des envies de vins chauds
Et de ton corps sous la couette.

Des regards froids
Et tes yeux noisettes
Qui détruisent…présent
Passez, les mirages de ton con
Saveur printemps
Et les fûts
Qu’on vide
Aux coccinelles
Qui nous indiquent qu’on
Est bien
Progéniture
De leur bon dieu.

Du pétrole dans les bas résilles
Et dans mon verre
Des vers
Qui glacent
grésil!

Extrait 7: petits poèmes pour grands amants

Je goutte tes lèvres;
Ma main sur ta bouche
J’ai ton être sur mes papilles
Je jubile.

Je te l’ai dit la première fois
Les saveurs sont uniques
Le coït banal et répétitif
De corps à corps
Encore en courbe.

J’ai ton jus dans ma bouche
Et j’avale goulûment, lapant
Avec excès
La porte de l’origine
Des hommes et des femmes.

Il y aura d’autres
Il y en aura des uniques
Il n’existera qu’une version
De cet univers; et dans tes yeux s’agrandit
La sérénade de serotonine
Que je bats maintenant
De mon sexe
la cyprine,
combustible qui brule mon être,
Flamme de cette passion.

Si nous sommes
Si nous ne serons
Si nous étions
Validés par ma sève
Violemment projeté dans ta gorge.