Promenade

La nuit se couche enfin
Le jour pénètre l’aube et les nuages
Se font distants
Seuls le bruit de mes pas
Et celui d’un hélicoptère perdus
Chantent en accord
La douceur de la ville qui s’éveille.

08012014

Chaque sérum inflige
Libération et soumission
J’te le dirai, le drapeau blanc
taché de semence
d’où naîtront les espoirs
vains.

13102013

Serein le cerisier, jamais gênant
A l’abris d’un jardin japonais.
Les chiens jappent
Les jupes se plissent et les bières se vident.

Serein le cerisier
quand l’apprenti Césaire l’a cerné
Victime
De ce paradis en céramique.

Moa

T’as déjà toi
Embrassé le bitume a laisser couler ta gerbe
Caressé les briques à en écorcher tes phalanges

T’as déjà toi
Vu l’herbe perforer sa mort dictée par l’progres
Entendu la mer trimballer les vivants et les morts

T’as pas vécu toi.
Et moi non plus.

Ne me laissez pas devenir.

29082013

Marchant de paire, sur les rives de mon cœur.
L’une, n’est que rancœur ; L’autre, douceur.
L’une, est abricot, l’autre, est pomme.
L’une, mélange explosif, l’autre, corrosif.
L’une, me connaît, l’autre, me récite.

amort

Peur de l’amour,
le pur de l’amer
Dans le coeur
de l’autre végète,
et s’enterre.

25072013

Je n’ai jamais été bon danseur
je ne compte pas mes pas. Des pieds
n’en cherche pas ici
j’écris avec mes mains
au rythme de mon souffle au
cœur
Au nom
De la musique saccadée
De la prose
Déstructurée.

23062013

Biaisée jusqu’à ce que tu dises je t’haine.

13062013

N’est-il pas exact qu’on cherche notre porteuse,
dans chacune
et ce n’est qu’une fois
les valseuses vides
qu’on se rend compte du
mensonge.
Et Quand,
Aucun sein
Aucun ventre
ne ressemblera
l’alcool aidera. A combler ce vide.