Dû All.

J’ai donné une larme
Et peut-être ma bile
Dans le caniveau
À pleurer notre sort!

J’ai donné mon corps
Et peut-être mon âme
Dans les éthers
À ce qu’on appelle la prose!

Mes doigts léchant la brique
Humide de la ville
Mes pieds nus
Frottant le gravier, j’ai
Vu
Le rythme de vagues et des ondes
Dans lesquelles nous nous perdimes
Les tentations chaudes
Du capitalisme
Et nos envies intimes.

Des richesses en 26 lettres
Des malheurs trompés par la vitesse.

J’aurais voulu
Mais je n’ai pu.

J’aurais volé
Mais mon épée
M’a coupé ces ailes que je me suis imprimées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s