Cache étoiles

Comme leur progrès a remplacé
les arbres par des forêts en briques
Les fruits de la terre n’ont
Plus pu pendre, vacillants
Avec le vent de leur liberté.

Dégoulinants de leur sève
A même le sol,
Ils remplissent le ventre du monstre en eux
Peut-être cherchent-ils
à irriguer leur
Temps des rivieres écarlates
Des damnés de la Terre?
Et voir renaître
Leur vision
Mais non…

Comme des bougies
Sur un amas de paille
Le feu prend enfin
Et les flammes dans les yeux
Ne cesseront plus
Tant que leur sombre silence restera norme.

Il ne suffit plus de saigner
Pour qu’on soit considéré
Pair.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s