Extrait 4: petits poèmes pour grands amants

“Fais vite, mon copain rentre”

Je suis dedans avec
l’impression d’être
dans une salle d’attente.

“Pas de marques visibles sur mon corps”

Sur mon coeur
cicatrices invisibles
s’ouvrant à la plèbe
par infimes proses.

« C’est pas bien, c’est pas bien »

Tu danses entre mes bras
aussi entre les siens
Tu rebondis avec entrain
nous sommes deux à tes reins.

« Plus de messages, il sait »

j’ai pris la rame en pleines dents
les si, les six neuf
et ton odeur intemporelle
resteront,
mon jet d’encre s’enraye et ne trouve fin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s