Lite nite

Here come the clouds
The smell of rain on the pavement, and the grass
soaked.

Here comes the time
To run toward a dry
place, dodging raindrops under a
shitty newspaper above our heads
and hide.

Here comes the subtle dance
of the cowards watching
living and enjoying
the beauty of life through
a broken stained glass window.

Here comes the end and its smell
faking the scent of freedom tales
Here comes
our only greatness: Leaving.

Moun ki won pa fouti vini kawé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s