Mercure

Entre tes lèvres
grandit mon poème
Et les sons
Qu’émettent ta gorge
lui donnent une douce mélodie

À mes vers
qui se faufilent
et croissent
Au plus profond de toi

Tes mains s’animent
s’agitent
Donne vie à l’encre candide

Torrent
Qui se déverse
Une fois
Que tu bombes le torse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s