Lovin, L’ovin

Au milieu des ils et des elles
Une nécessité viscérale de se brûler les ailes
Carcasse géante au petit cœur et grandes phalanges
Sous les pics des mates
Je mets du temps
À atteindre la saisombre d’où
On ne revient plus.

Je divague,
A leur écume sèche dans les narines
J’ai préféré le liquide et ses claques rythmées
caressant mon oesophage
et tambourinant les conduits jusqu’a l’estomac
en évitant le foie.

Mais le filtre des croyances
Ne sera
Jamais épargné
et le temple
subit
en silence
le fatalisme
s’etablit.

Des relants de l’embrun nous
Nous dopons
Avant la chute fatale
dans l’océan humain:

      Case

     

        Ecole

       

          Pots de fleurs

         

          Appart

        On sonne! on sonne!
        On a déjà assez donné
        Pourtant
        La folie comme un cercle
        N’a ni début ni fin
        nous creons les reponses
        aux questions
        des autres
        sans raison.

        J’allume une clope.

        Des nénuphars se créent
        Et des grenouilles
        Espérant être prince
        Un jour
        N’attendent que la princesse pour devenir
        Et cesser d’être.

        Au milieu des ils et des elles
        Je me demande simplement
        Ou est ma place
        Une prose de l’humain
        Et des roses pour
        Le destin
        divin.

        Laisser un commentaire

        Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

        Logo WordPress.com

        Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

        Photo Google+

        Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

        Image Twitter

        Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

        Photo Facebook

        Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

        Connexion à %s