waldeinsamkeit

Dans ses yeux
Je vois
Un temps
Ou mon cœur ne gaspille
Aucun battement.

Je lècherai sa peau jusqu’à ce
Que sa saveur s’y imprime
Sur ma langue
Je veux qu’elle tangue.

Mes doigts n’écrivent plus
Mais graves
Ils Tâtent les cordes
Qui
Activent son dernier souffle
Avant la petite mort.

Et dans l’iris
Je fond
Je deviens elle
Et me retrouve
Sans retenu.

J’aurais voulu être
L’horizon que son
Regard
Voit.

Et choir
Quelque part
Où son cerveau
S’anime.

Je veux être sien
Dans les mouvements
Qu’elle a pour l’autre.

Je veux
Pousser son bouton
Le lécher
Et ouvrir les portes
Paradis ou enfer je veux être
Sien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s