abigail

J’ai Abigail nue
Sur la table de sa cuisine
Et quelques gouttes
D’huiles d’olives dans une poêle à frire
sautillent
Et tachent la table de travail
A côté
Mais Abigail chante.

Elle m’énumère le nom des fruits et légumes,
Dégâts
Qui ont fait d’elle
Une poire
Une banane
Et cet artichaut qu’elle effeuille sur son corps
Cachant ses tétons roses
Et son con.

Abigail cherche
Mais ne sait
Qu’elle a trouvé
L’expérience vécue est sur-côtée
Le vécu vrai du présent
L’ouvre à moi
Et les pages
Maintenant scindées
M’invitent au voyage
Que seuls ses coupables
Ont pu entrevoir.

Et je regarde Abigail.

Les larmes coulent sur ses joues
Il est temps d’ajouter
Cet oignon à la mixture
Et la poêle vibre.

Un verre de vin rouge
Apparaît dans sa main
Et je dissèque le reste
Des ingrédients.

Il n’y a de recette pour l’amour
Ni de cellules
Sans clés
Sans ces quatre:

Magnifique
Généreuse
Pétillante
Humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s