oh bad

Dans la soie noir
Je rêve de soir
Au crachin
Chaud et humide
Mes mots
Perméables tanguent
Avec tes reins

Et tu perds
Le moi
Le ça
et sur moi
les textiles moites
Languissent
en gémissant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s