Les cons courent

Comme le postier
à qui l’on demande
de livrer
sa propre lettre de démission,
Les mots dans la boite
et je deviens
soumission.

Pour des pouces vers le haut
j’ai troqué
Cocottes contre papier
Et dans mon canari
Mes dernières loques
M’applaudissent
La soupe populaire
A le goût du goudron
Et de l’oubli.

n’est vainqueur
dans cette danse
Qu’une rythmique
Pré-établie
Je laisse
Mes dés à Dieu
Et mes poignets
À mes bracelets dorés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s