Vieux Frères, vielle rance.

Négroïdes trois
Par quatre
Et dans la cité tout est décrié
Aux loups! Aux loups!
Aux caucasiennes
À quatre pattes
Aux cous
Aux coups de reins
La peur se chante sur l’air
d’la Marseillaise.
Qu’c’est crade…
Qu’c’est exécrable.

Négroïdes trois
Par quatre
Et dans la cécité
Ça passait mieux.
Quémandeurs
Couleur pitié
Histoire 1848
Inventée
et longs sexes
et courbes folles
répertoriés.

Il n’y a plus que les passants!
Les immortels y croivent
aussi.

D’leurs habits ornés
teint-Fiantes d’après une soirée de vinasses
de Margaux.
Leurs bites en or
Et durs comme faire
D’un écrivain nègre une figure historique n’est croyable
qu’une fois sa carcasse flétrie
déchue
dans quatre planches
langues de bois.

Nécrophiles négrophiles
À table!
PourPouris?
Les barbares se sont invités
Au zoo.

 

crédit photo: Floptwo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s