Lu cidre

Et c’est la que tout se fige

Les mots qui furent roses rouges

Ou tulipes

Se chrysanthèmisent.

Posés, placardés sur un dramour

Qu’on devrait laisser accepté

Sans questions

Sans raisons

Autres que celles

Qui l’anime.

L’amort est maure

La saisombre s’annonce sèche

Mes lèvres quémandent une chaude

Guinness.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s