Dix moi

Dis-moi pourquoi pleures-tu ?
Dis-moi pourquoi même sans larmes tes yeux se meurent ils ?
Dis-moi pourquoi tant d’hésitation et de faute, tant de peine, tant de rancœur ?
La Vie ne t’a pas donné l’exclusivité du mal-être.

Crois-tu, petit saugrenu qu’elle ne souffre point ?
Traiter vos petites disputes, vos démêlés amoureux et j’en passe, histoire de cul !
Histoire de cœur en somme.

Elle devrait tous vous abandonnez au bon vouloir de la Mort.
Tu sais, elles discutent souvent.

Elles ne sont pas ennemies, ni ami d’ailleurs. L’une est l’autre et l’autre est l’une.
Et c’est ainsi depuis des lustres depuis des millions de lunes.
Dans leurs petites discussions, elles parlent de vous.

Elles se moquent de vos états d’âmes de votre nostalgie et de la façon dont vous célébrer la Mort en enterrant vos corps et comment vous lisez la

Vie en la méprisant, en l’ôtant en ne cherchant pas à la conserver.

Tu me diras, vous êtes tellement supérieurs dans l’ignorance des choses simples.

Peuple d’ego.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s