La peintre

Toile macabre, peau mate sur tranche de lame.
Étincelante de chaos, tu gis enfin.

Dans ma pisse mêlée au sang pétillant,
Joie d’être enfin libre, la cage ils regardent, inerte.

Excitation des sens, tu bandes,
Cicatrices fumantes de sang et de pus, mousseux.

Célébration, jour de fête chez Hadès
On danse la mort du poète, d’une balle dans la tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s