Au Soleil & Aux Cendres

Comme une femme qu’on ne peut qu’admirer jusqu’à la haine,
Fantasme fantastique des barbares. Mis en scène, bestial

Amour. De ces traces, ne restent que les seringues usagées,
Tes bras meurtris, je serrerai jusqu’à en purger tes veines.

Au détour de tes courbes, souillés par la crasse, sillons dégueulasses au goût si divin.

Je ne trouve ce pot sous l’arc en ciel racial de tes ongles, devenus pavés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s