Triolisme

Sourire, un geste infini
Dans lequel je t’envie
Contre l’univers de tes yeux,
Les dieux, l’immortalité des lettres n’est rien.

Un poème contre un sourire,
D’accord. Des lettres contre tes lèvres.
Ferme les deux, et doucement plonge dans mes songes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s