Le tant

Les nuages gris me disent
Que le bonheur j’l’ai
Qu’la frise du temps se fige
Et que les temps sont sereins
Le vent froid de Mai
Ouvre les portes conditionnelles
Et moi l’être imparfait
Roule ma bosse sempiternelle.

Je m’y suis cru
Dans un clip
Marchant sur la lune
Pas de grâce
Mais il n’y a que la gourmandise du soleil
Qui rythme mes La.

Et la poésie dans tout ça?

Balivernes

Armées de 0 et de 1
Rasant les fouffes
Attila oblige.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s