Bruits

Internes, pourtant si forts, ils orientent;
La danse, si lente qui me hante,
N’a comme cadence que le dégoût.

Parasite d’une ville animée, qui endort
L’envie, avec ces petites voix.

Celles-là même qu’on entend,
Du coeur meurtri et de la folie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s