Jwen pou nou jwenn

Ô cerisiers en fleur, laissez place aux pins brulés sans saveur,
Pourquoi?

Ô Juin de douleur, m’as tu à jamais fait perdre mon coeur,
Pourquoi?

Pourquoi?
Avec l’amour ne doit-on, au grand jamais badiner.

Avec le coeur de l’autre ne doit-on,
élevé au plus haut des cieux,
le perforer de maux silencieux.

Parce que,
Inachevée, est cette danse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s