L Enfante seule

Aux bornes de l’ennui, trouva-t-elle celui qui fit revivre en elle la vie.
D’un pas incertain, un rendez-vous pris.
Avec du monde, beaucoup de monde lui suggéra.
Non pas par tactique machiavélienne, plutôt par allusion,
Plusieurs échanges, sur le pourquoi du comment et le détail du breuvage consommé.

Elle l’aimait rouge, lui aussi.
Il l’aime comme expression de l’être, elle aussi.
Pourtant L enfante seule.

Les y menèrent, successions d’étoiles noires et de soleil cacophoniquement glacial,
Du passé, il fallait mettre de côté pour ce grand moment, s’était-il dit.

Émotionnellement fragile, sûrement déboussolé s’assura-t-elle.
Pourtant, pourtant. Il s’y accrochait,
Généreux égoïste, en donna de sa plume.

Description, fille au bonbon, voleuse coquine, amoureuse des sons.

Aucune définition, d’étiquette, ne voulant pas sa colle souvent trop marquante,
Détachée comme un manque d’affection, seule comme une légion.
Ainsi, à jamais L enfante seule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s