L’œil du crapaud

La photographie fige la beauté,
les mots la gravent.

Ensemble,
ils la brisent,
ensemble,
la modèlent.

Du commun,
se complait la masse,
Rompre l’habitude,
voila la mode qui passe.

Nul n’est beau,
nul n’est art,
juste éphémère.

Poussière néfaste,
du spectacle amer,
Les vedettes ne font vivre la grâce,
ils la tuent.

Show must go on.
Lights out.
Feus artifices.

Ne reste que,
pétards mouillés et confettis noircis,
La seule vraie beauté,
sauvage.

Cheveux mal coiffés,
yeux mi clos,
Au réveil,
te voici enfin dévoilée.

Bonjour,
Il y a si longtemps que tu t’es quittée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s