Morale, Fa(i)ble

À la fontaine, je me délecte du goût de l’eau de vie,
Parfois longue, fine ou ronde;
de son écume elle humecte,
doucement ma langue.

Pantois j’y reste,
car très impatient;
Si tu y as gouté tu sais qu’elle puise son âme,
des fruits de l’arbre.

Le breuvage,
se faufilant entre mes doigts jusqu’à atteindre mes lèvres,
peut être aussi dense qu’un vin rouge.

Je m’y noie, je m’y alcoolise.

Ma drogue,
chemin en piste d’atterrissage,
boisé ou non, goût vanillé, caramel ou chocolat.

Écume des jeux,
écume du jour et de la nuit.
Écume des déesses,
de me combler jamais ne cesse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s