Et du vide

Juste un peu, j’en veux encore,
Il n’y a que quand je dors, que je m’en sors.

J’ai réussi à tout arrêter, sauf ca.
Baisers sucrés, caresses douces sur ton corps, en cendres t’ont transformée.

Toi, unique. Ce qui justifie que tu ne sois pas seule,
Juste un peu, j’en veux encore.

Il n’y a que quand je dors, que je m’en sors.

J’ai réussi à tout arrêter, sauf ca.
25 ans et quelques 240 jours qu’on traine ensemble,

Sans moi il n’y a qu’à toi à qui je ressemble,
des pas furtifs sur le sable, présence d’ombre. Un poids.
Juste un peu, j’en veux encore.

Il n’y a que quand je dors, que je m’en sors.
J’ai réussi à tout arrê…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s