J’accuse (Says, Seize, Saez)

Entre alcools, peurs promues et espoirs
Spectateurisation commune.

Le mal-être, s’étale,
Richesse.
Bonheur.
Mensonge absolu.

Et dans la ville du romentisme,
se tapissent de promesses d’Aristophane les murs
Crasseux
De l’Ennui
s’ornent les pauvres disciples de cette danse sans rythme.

Oh oui, des odeurs de pisse et de pus
En fécondation sur la peau de certains passants,
Pantins mêlés aux rats des champs.

Qui animaux, qui Huriens dansent et courent en vain.

Des filles de, des fils de
Projetés en méritocrates.

Feint. Faux.
Éternel.
Ronde.
Et nous serons fous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s