Huitième vie

Pour me vivre
L’alcool et la solitude
Amis de tout temps
Jours
Heures
Et minutes
Me nourrissent.

Il n’y a que dans l’ébriété
Que je me discute.

Le ciel est clair
Bleu
J’n’aurai jamais
Imaginé
De jour plus beau
Pour déposer ma vie dans un lavabo.

Dans une blanche ma bouche reprend goût
Deux verres secs de blancs
A 70
Me revoici jeune
Étalon.

Je n’ai pensé aux femmes
Ni a mon sang
Sur les traces d’une écriture
Relatant
Mon voyage
Le dernier souhait s’est fait
Oppressant.

Et pourtant le tien
Me semble meilleur mieux
Ou mieux meilleur selon l’accent
La vie n’est juste qu’un accident
Et la mort
Traine en la raclant
De ses longues dents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s