Pourisians

Comme j’ai juré ne jamais ressembler à ces pantins
Qu’aurai je donc bien pu faire pour un triste gagne pain
Vendre mon cul, vendre mon membre pour ces demoiselles forçant sur le fusain
Toile en quête de maitre, de jeunesse et de nouvelle saveur se faisant croire conquête.

Comme j’ai  juré ne jamais vendre mon âme à Dieuble
Qu’aurais-je donc bien pu faire devant cette fille seule
Tourner le dos à ses beaux yeux marron
Même pour sa contorsion de chat, je me ferais tout rond
Comme j’ai juré d’être parfait. Un gentil garçon. Un bon con.

Qu’aurais-je donc bien pu faire de mes manières de sauvageon
Et pour ses doux baisers, de ses lèvres nuage de dieu j’aurais la rançon
Et pour les doux battements de ces cils, je me ferai joyeuse chanson
Comme j’ai juré ne jamais aimer d’un amour amer
Dans cette ville, je m’y perds pour ses joues creuses.

J’ai perdu mes sourires et mes vers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s