Dis’

Voile chaleureux que pose ma voix sur ton coeur,
L’étouffera d’une glaciale douceur.

Nul, ne sera juge, nul ne sera bourreau.

Tes yeux porteurs d’un dramour,
Enrobés des miasmes romantiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s