Nèf

4eme ligne de cocaïne…

Livides suceurs d’alcools et autres poisons de la vie,
Zombies nocturnes, pantins diurnes
Une tombe se creusent; des cendres mises
Sous leur pas,
Accompagnent,
Le temps et le vent, ennemis de leur danse.

13eme ligne de cocaïne…

Ici, l’esthète du laid se complaît,
Tellement le paraître de l’irréel l’effraie.
Des mots sans sens, des mots sans vie
Pour cette ligne, où se pavanent clodos.

Zombies du nord,
cracko du sud se croisent,
mélangeant leur sueur électrique.
Se détester entre même espèce,
nous diviser pour mieux nous saigner.

La rampe des champs Elysées mène au Styx.
Bleu, couleur de la première douleur de notre drapeau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s