Twa

Demoiselles délavées,
errent dans ce labyrinthe sans issue
Elles dansent par fatigue;
corps mouvant, toujours l’air déçu.

Échappatoire russe, accentué d’accord de BPM,
et de beats.

Elles sont les poches d’air,
de ce sous-sol qui devient notre maître
Pour survivre à l’étouffement urbain,
On suit, en vain et avec joie,
leurs pommettes étincelantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s