Yon’n

Quand il n’est pas grisâtre ou en vacances,
Lance de la bonne humeur sur peau noire et blanche.

Ici, Paris,
Où les parasites s’excitent au moindre éclat
Tu es loué!
Tu vis!
Mais n’es rien d’autre que lambda.

Déjà. Ton absence…

A ton égard nous rend, sarcastique
Jadis, les poitrines et cuisses
Tantôt au vent ou plutôt couvrant.

A jamais, délices me nourrissant,
Mes appétits d’ogres
de chairs, satisfaisant
Ma panse, j’y pense,
quand tu n’es pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s