A Jaune et fond vert

Naître de la terre, viser le ciel et les éthers,
Sous le même tapis de constellations, peu brille,
Pourtant
La danse des toiles orne cet enfer divin
de bougies rouges pleurantes.

La cuillère n’y est plus, d’ores
Déjà sous couvert de mots, on enrobe les leurs,
scintillants.

Des mots, des corps,
Aucune âme, démon des ères,
Morts sans airs.

Remplit la pense. Mêle les étés d’hivers.
Triste.
Voyeur.
N’acteurise, spectateurise!
S’inamimant,
Pseudolucrativement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s