Jour 20 – Le refus, je.

J’ai mis une chaise au milieu de mon jardin, pour m’asseoir et contempler le temps qui passe. Les avions rythment ma journée et pisse sur moi les litres de kérosène brulés. La chaleur du soleil est douce, comme chez moi, la bas. La ou j’ai laissé le calme de ma vie. J’ai mis une chaise au milieu de mon jardin qui n’en est pas un. L’urbain que je suis devenu prend pour pavé son jardin et les roses brillent la nuit venue. Elles scintillent si fort qu’elles m’ôtent le sommeil. Malheureux compagnon depuis quelques lunes.
Je ne sais pas ce qui pire. Je ne sais pas ce qui est meilleur. L’écriture ne sert plus de tampon. J’ai bien peur que je ne me meurs avant le Divers. Mes envies sont courtes et l’attente est longue; quand est-ce que mes étoiles brilleront assez pour me réchauffer le cœur?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s