De l’immonde, une marche en rentrant chez moi

La où pourrissent les pommes
Se crée
Dans le grouillement intimiste
Leur tueur
Bactérie
Évoluant par chance
Par chair a gangrener.

La où pourrissent les hommes
Se crée
Dans le vacarme
Spectateurisé
Le leurre
Évoluant par chance
Par chair a gangrener.

Les tours jaillissent du sol
Et éjaculent
Les lumières factices un soleil
Qui ne brillera plus.

Mais sauvons les arbres
Sauvons les espèces animales
Avec la flemme pour le mâle et la femelle
De notre ADN.

Trouvons les héros
Les bienveillants
Si seul mon avis compte
Pendons-les!

La mort fut
Notre seul lot équitable
Dans cette fanfare de clowns tristes
Et j’y repense
Longuement
Tous pantins
Moi premier
De cette épée
Qu’on nomme vulgairement
L’art.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s