Jour 16 – Odeur des champs célestes

Les filles se baladent toujours avec les stéréotypes qu’on leurs donne. Quand elle m’a dit “Do you always grab your dick like that?” Au début avec sa formulation, son accent et le ton de sa voix, j’ai plutôt senti qu’elle m’ordonnait de ne plus le faire, mais ce qu’elle fit après s’être mis les cheveux en chignon, m’a encore plus perturbé. Elle a descendu mon prépuce avec sa main droite en plaçant la gauche sous ma bourse. Je me mets à parler de prépuce et de bourse, c’est incroyable ce que l’autocensure peut faire. Couilles. Bites. Voilà, que je suis atteint du syndrome de la Tourette. Pute. Pas elle, ne t’inquiète pas, seulement si tu demandes. Je me suis redressé en lui demandant de s’asseoir sur le lit, à cet endroit précis je pouvais la regarder, plonger encore et encore sur mon sexe en érection. C’est la première fois ou je me suis dit, « Guillaume, tu es bien monté finalement ». Elle engloutissait délicatement avec ses petites lèvres, le petit bout rose, puis la peau marron. J’ai toujours été un voyeur, c’est peut-être pour cela que j’écris. L’observation poussée me servirait peut-être enfin. Il est clairement un état de soumission dans la fellation, bien qu’au jour d’aujourd’hui je n’ai malheureusement aucune idée de celui qui est soumis et celui qui domine. Mon plaisir s’est fini quand elle m’a recraché dans le lavabo, moi et toute ma non-descendance. Je me suis mis à repenser à la femme et à sa condition. Doit-elle se soumettre? Se soumet-elle? Ou joue-t-elle de sa soumission pour ses desseins et désirs machiavéliens. L’été s’annonça très tard cette année-là, par averses intempestives et gouttes de rayons de soleil.
On s’attardait dans le parc sans échanger un mot, profitant du silence et de la proximité de nos corps heureux au soleil, pour communier. Les gens accordent beaucoup trop d’importance aux discussions. Les meilleures sont celles qu’on oublie, à force d’avoir bu, et du fait qu’on meugle et marmonne des mots alcoolisés. Cette journée “pleasant”, selon elle (oui car d’où je viens le chaud et le froid commencent à partir du ressenti physique et n’est pas décliné en vulgaire gamme pantone), m’a replongé dans mes souvenirs d’enfance. La chaleur, les champs d’herbes, l’eau fraîche. Encore une fois, j’européanise mon vernaculaire. J’ai repensé aussi au week-end passé chez Alexandra, où nous avions fait l’amour comme jamais on ne l’avait pas et comme jamais nous ne le ferions dorénavant. Cette fille brune a l’intellect exquis, aux cuisses voluptueuses et aux seins petits. Elle ne savait vraiment pas quel pouvoir elle exerçait sur moi, avec sa bouche en cœur. Une fille aussi belle qui ne se délivre, ni s’abandonne dans le lit, m’avait remis en face de l’échec d’être un homme libidineux, et surtout passionné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s