Le sur toi et le sur moi

Sur toi, je m’amuse je me repose,
Le rythme de ton souffle me berce, m’excite, me sauve.

Je me dresse, entre tes jambes. Dans tous les sens de tes cheveux, ton corps je cambre.

J’écris beaucoup, tu es mienne. Des lettres frappées pour toutes nos peines.

Contre toi, je m’use et je pose,
Des rimes soufflées te transpercent, j’m’excuse, sale fauve.

Je me dresse car tu n’es ni déesse, ni princesse, je ne t’adore, ni te haine il me semble.

J’écris beaucoup, tu es mienne. Des lettres frappées pour toutes nos peines.

Pour toi, fusent les compliments, j’ose. J’accepterai le juste, sans pour autant renoncer à mon mâle.

Je me dresse avec toi, au combat contre la myso et le fem. Ils en tremblent.

J’écris beaucoup, tu es mienne.
Des lettres frappées pour toutes nos peines.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s