Imaginaire d’un autre

De ses grands yeux qui disent au monde que son immensité ne peut être que vue, pleins de malice s’en échappe, pavant le chemin tumultueux de son amour abrupt.

Un mélange de questions sans réponse et de crainte, Délices
Qui rend le temps si lent qu’on pourrait y toucher les ondes,
D’une caresse éternelle. Un supplice;
Tactile, peur de perdre ceux qui de son aura se sont enivrés.

Nous, passants, à coté d’elle, un oxymore en vie. Aimante, spontanée et jovialité m’inspire; Un mystère, d’œil profond et de bouche succulente.
Elle, je la décrit quelque peu avec le gout de sa peau sur mes lèvres.

Jadis, nous deux sommes, Aujourd’hui, nous étions, inséparables contraires.
Une seule langue ne pourrait décrire celle dont je conte la beauté,
C’est pour cela que je la laisse.

La joie d’un bonheur qui blesse, et dont on sait qu’on ne guérit pas. Elle est,
La fleur qui jamais ne fâne, et dont la tige sans épine, écorche l’âme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s