Jour 10 – Bonux

Je profite d’un peu de soleil pour faire ma lessive. Choses rares, avec les sèches linges intégrés et la fréquence du soleil en Europe. Je n’ai rien d’autre a faire, et je l’avoue cela ne me déplaît pas.

Des pigeons, oui eux, ont chié sur une de mes serviettes de bain. Je les hais, ils me le rendent bien. L’équilibre total, on se croirait dans un monde où tout va bien. Ma lessive est propre, je vais étendre mon linge et des cheveux de mon allemande sont éparpillés, sur mes caleçons, mes tee-shirts, mes chemises. Elle même l’a aussi avoué, elle a retrouvé un de mes cheveux crépus et frisés dans sa chatte. On envahit les endroits qui nous plaisent, c’est bien mieux comme cela.
Je repense a ce texto, qu’un personnage du film de Guillaume Canet reçoit: tu as laisse un peu de toi chez moi. Et je repense a quand mon allemande a passé, le vieux jersey d’arsenal que je ne mets plus depuis des années, C. y avait laissé son odeur corporelle. Le choc quand on a commencé les câlins, je n’ai su mentir. Oui, cela me rappelait Elle, et son goût, et sa peau et surtout son tout.

Je crois qu’on laisse des traces chez les êtres qu’on rencontre, les plus profondes sont celles qu’on a oublié et qui rejaillissent un jour comme, un éclair, au chocolat-poire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s