Jour 7 – quand on était à la mode

Anais ne semble sortir qu’avec des blacks. Cette chanson dans mon iPhone, résonne sur mes tympans. J’aurais préféré le terme noir, mais je ne la blâme pas. Le mimétisme des négroïdes francophones les as rendu blacks, et les noirs américains sont devenus des africain-américain. La couleur ébène, même altérée, est Africaine, c’est donc vrai.

J’ai hésité entre porter mon TEE-shirt “Huey Newton” sur la chaise d’Emmanuelle et mettre, “m’appelle pas black, noir n’est pas une insulte”, mais j’ai préféré celui où il y avait “Havana” marqué en blanc.
Passe-moi un cigare, qu’on refasse le monde, en se refaisant. Tant de mots gaspillés, tant de respirations gâchées, tant de battements de cœur superflus. J’aurais du les mettre dans l’art ou dans les cuisses épaisses d’une jolie fille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s