Ô pays (extrait)

Elle a ouvert la porte, et malgré la trouille qui glaçait mes veines je lui ai ordonné de se mettre à genoux.

– Tout de suite! et tais toi, tu ne parleras qu’après. C’est bien pour ca que tu voulais me voir, non? Maintenant ouvre la bouche et ferme les yeux.

J’ai dézippé ma braguette et tiré mon sexe en demi-molle tant bien que mal de mon boxer. La main à la base de la tige, je l’ai enfoui doucement, faisant attention à ne glisser que sur sa langue rose, sans toucher ses dents et ses lèvres.

– Maintenant, ouvre les yeux et regarde moi.
Ses paupières se sont ouvertes sans violence, un trop plein de douceur dans ses yeux noisettes en forme d’amandes. Aline rencontrait Guillaume. Je ne sais meme pas si elle s’appelait vraiment Aline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s