Pré

Je veux m’y coucher sans y attendre ma vie,
L’oreille tendrement posée, au centre de l’envie.

Chaud. Doux. Calme. Boisé.

Je veux m’y reposer sans y attendre l’ennui,
L’oeil éteint, le coeur vide, le corps meurtri.

Je veux m’y perdre sans y attendre ton sein,
Dans le calme de tes reins, ceinture d’épines acérées.

Fleur, fane tes pétales câpres,
Couleur de deuil, poussant près d’un champ d’hiver.

Je n’y paitrais plus, dorénavant.

Tes yeux vénéneux, ma sigue douce,
Amertume d’une vie éthérienne,
Passée en apnée.

Earl Grey. Guinness. Fille maltée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s