Jour 5 – les mots

Quand j’étais petit, je pensais que les oursins donnaient le sida. Cette image diabolique s’est ajoutée à la peur de la mer, plus que les requins des Dents de la mer, j’avais la trouille d’être piqué par ces longues épines noires.

Cette ignorance naïve me manque, je la cherche partout en gardant mes yeux d’enfants. Le Hezbollah, cette maladie qui tue des enfants en Afrique et j’en passe. Quand le petit Lucas, (qui doit avoir 12ans maintenant) m’a dit que son ami Pierre, de la maternelle, s’appelait Pierre comme une roche, je n’ai pas arrêté de repenser à cette façon candide de percevoir cette danse, en rythme faux, qu’est la vie. Dans un monde où il faut feindre de tout savoir. Même ceux qui propagent cette fausseté du “ si tu ne sais pas, pose une question”, “la question est plus intelligente que la réponse”, mentent éperdument quand ils acclament les tricheurs des écoles de commerce, qui ont comme moi, achetés un diplôme et un crédit pour les plus pauvres. On ferait mieux d’apprendre à fermer nos gueules, mais il faut faire du bruit pour réussir, il faut vendre du vent, pour alimenter ce moulin. Dans cette société château de cartes, les valets mènent le jeu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s