Jour 2 – Enfumé

Toutes mes nuits, je les passe a faire des rêves aussi suspects qu’intéressants. J’attends clairement le matin pour fumer la première clope. Oui je sais, je me nuis.
La nuit dernière, j’ai rêvé que mon chef me demandait ce que je foutais la, d’un air complaisant et attristé en même temps. J’ai eu le sentiment d’être au bord d’une falaise, d’avoir l’envie folle de sauter, et que ses paroles n’étaient pas pour me retenir, mais pour me pousser.
Je suis sans doute un toxicomane, la fumée aspirée, l’écriture compulsive qui se fait passer pour de la poésie, m’aide a gérer ce genre de rêve.
Faut-il rêver pour vivre?
Faut-il vivre pour rêver?
Et cela, en silence, sous souffrance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s