Caverne et champignons

Et puisqu’on meurt
Tous
Banalement
car la mort est mère
De la vie qui nous tend
Ces pauvres
Fruits

Paris.

Je regarde Carole
Et sans voix je…

Et puisqu’on meurt tous
Dans les vibrations de satins
Et dans les tons blonds
Du brun de ses mèches
Mec
Je me veux fini.

Près du pont des arts
Sa voix
Son allure
Son signe près de l’œil
ses lèvres.

Je me veux mort.

Si ce soir
L’architecte me tue
Faudrait vouloir
Plus que des fleurs
Pour ma tombe
Et
Des chants joyeux pour mon
Futur vécu.

J’en veux un baiser
Qu’un baiser
Doux
De ses lèvres
Et je serai en paix.

Laissez-moi pourrir!
Mon être
Mon cœur
Jonché de muguet
Dans la ville de Pouris
Tout ce qui se meurt est
Un bouquet de bises bisoutées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s