Éther

Moi j’t’en donnerai du fantastique
Du degeuli de vers
Pour que la terre te semble magique
Et
Les litres d’alcool sans le sang
Propageant l’infâme sans aucun soupçon
J’te dirai qui sont les traîtres
D’une traite, remplis mon verre
Et que ma tête pète

Les faux
Les copieurs
Les sans styles
Les poseurs
De phrases sans queue ni tête
Une dans la bouche
Pour qu’à présent elle se taise

L’art a ces pouilleux j’en ai voulu
L’accessible pour autrui
J’aurais tout vu

Mais rien n’est plus
Ma symphonie s’estompe
Et le sombre me gagne enfin
Victime parasite:
Poison pour leurs âmes
Entières.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s